dimanche 24 avril 2011

Adrian Willaert - Vecchie Letrose

Adrian Willaert (1690-1562)~Vecchie Letrose
Pierre Boragno~Flûte soprano de Frederick Morgan, d'apres Vienne
Marianne Muller~Ténor de Viole construit par Kowalcze (1993), inspiré d'un modèle polonais du XVIème siècle
Massimo Moscardo~Guitare renaissance d'Yves Pouliquen (1997)
Francois Saint-Yves~Clavecin italien de Marc Fontaine (2004), copie XVIIIe siècle




Adriaan Willaert, probablement né à Bruges vers 1490 et mort à Venise le 7 décembre 1562, est un compositeur flamand de la Renaissance.


Dans les éditions et les citations de l'époque, son nom est noté de façons diverses : "Villart", "Vuillard", etc. (citations). Compositeur franco-flamand né à Bruges ou à Roulers, il étudia à Paris avec Jean Mouton vers 1514-1515. Il exerça ses activités musicales en Italie entre 1510 et 1520 (il fut chantre du cardinal Hippolyte d'Este à Ferrare de 1515 à 1520). De 1522 à 1525, toujours à Ferrare, il fut au service de la cour d'Alphonse Ier d'Este. De 1525 à 1527, il fut chanteur à la chapelle archiépiscopale d'Hippolyte d'Este (fils d'Alphonse) à Milan. De 1527 à sa mort, il assuma avec un grand prestige la charge de maître de chapelle à la basilique Saint-Marc de Venise. Durant cette période, il effectua au moins deux voyages en Flandre (entre autres à Bruges et à Anvers), et mourut le 17 décembre 1562 à Venise.



Extrait du madrigal I piansi hor canto à six voix
(Musica nova, 1559 ; cliquez sur le document pour l'agrandir)
A son école se formèrent des musiciens de grande valeur, comme Baldassare Donato, Andrea Gabrieli, Gioseffo Guami, Costanzo Porta, Cyprien de Rore, Alessandro Merlo, dit Alessandro della Viola, Francesco della Viola ou le théoricien Nicola Vicentino.
Adrian Willaert mourut à Venise en 1562. Il pratiqua de nombreuses formes, mais c'est probablement dans le madrigal (avec une production pourtant peu abondante) qu'il excella et joua un rôle historique. Il fut parmi les premiers, après Costanzio Festa
et Philippe Verdelot, à percevoir l'importance particulière des textes poétiques dans le madrigal, et à rechercher un étroit rapport entre musique et paroles, recourant également à un certain emploi du chromatisme. De nombreux madrigaux de Willaert furent publiés en recueils. Par ailleurs, Willaert se consacra également à la chanson française. Dans le motet, sa technique est encore celle de l'école franco-flamande, avec une tendance à la clarification, due peut-être aux influences italiennes. Dans les messes, l'assimilation des modèles de Josquin des Prés est évidente : la technique est celle de la messe-parodie.
Ses oeuvres furent adaptées au luth par divers musiciens, dont l'Espagnol Miguel Fuenllana
, et à la vihuela par l'Espagnol Alonso Mudarra.
Présent dans les listes de Rabelais
(Quart Livre, 1552) et de Ronsard (préface du Livre des Meslanges, 1560), Willaert est l'un des quatre madrigalistes flamands cités dans les Tons et discours sur les Modes de Musique de Pierre Maillart en 1610.



Source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire