mardi 26 avril 2011

Henri Le Sidaner et le temps des intimistes

 Un de mes artistes français préférés parmi les impressionnistes

Henri Le Sidaner et le temps des intimistes
(1862-1939)




  







  






 


Compensation pour un séjour relaxant:
Sur ce site "Les Jardins Henri Le Sidaner"
visite des jardins Le Sidaner à Gerberoy ainsi que la galerie de ses oeuvres.

        Après avoir peint en Bretagne, à Venise et à Bruges, sur les rives du Lac Majeur, à Villefranche-sur Mer ou Moret-sur-Loing, l’artiste s’installe à Gerberoy ou il travaillera sans relâche.
 
Pour accéder aux jardins, on emprunte la ruelle Saint-Amant, et on tourne à gauche à hauteur de la Maison Bleue, datant de 1691. Après le passage sous la Tour Porte, un chemin bordé d’un côté par des maisons anciennes, de l’autre par le mur des jardins du Peintre, conduit à une petite porte ouvrant sur l’extrémité du jardin blanc, c’est le niveau le plus bas des jardins. Des massifs de végétaux blancs encadrent une pelouse.
Derrière, des espaces entourés de bosquets forment autant de jardins indépendants, reliés par des sentiers escarpés serpentant sous les arbres. Ils s’étagent jusqu’à une roseraie dont la terrasse s’appuie sur un pan des ruines de l’ancien château. À côté de la roseraie, aux massifs dessinés par des bordures de buis, un petit atelier d’été rappelle que Le Sidaner avait pour habitude de réaliser dans le jardins des esquisses qu’il finalisait ensuite dans son atelier du bas. Puis, plus haut, une rotonde couronnée d’une gloriette et d’une tonnelle cernée de charmille. De là, le regard embrasse un paysage vallonné et doux. Mille rosiers partout dans les massifs, courant sur les murs, le long des balcons séparant les jardins.
La visite se termine à l’extérieur, depuis le tertre voisin une dernière vue sur le domaine du peintre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire