vendredi 29 avril 2011

Paroles.. le Bâillon de Geo Norge

La colonne cassée de Frida Kahlo


Je parle à tort et à travers.
Je parle à travers et à tort
Et je chanterai vif ou mort
En rouge, en noir, en prose, en vers.
 
C'est pour chasser le vol des mouches
Ou bien, c'est pour mieux vous mentir
Et mettre un bâillon sur la bouche
D'un silence qui va tout dire.
 

Extrait de "Poésies 1923-1988"





************


Avec Henri Michaux, Geo Norge est le poète contemporain belge qui a le plus contribué à la vitalité de la poésie francophone. Comme il ne se prenait pas beaucoup au sérieux, on a souvent tendance à ne pas le prendre au sérieux. C'est un tort : sa poésie, pour légère qu'elle puisse paraître (dans le sens où la poésie de Charles Cros, de Germain Nouveau ou de Jules Laforgue est légère) n'en rend pas moins compte d'une palette étendue de bouleversements intérieurs, où, entre autres, la foi et le désespoir ont chacun leur tour. Comme René Depestre, Max Jacob, Desnos, il ne joue pas au poète, il est "le plus naturellement du monde poète" et plutôt que d'essayer de nous impressionner par des acrobaties verbales, il voudrait bien nous parler et nous rejoindre. Sa langue colorée, charnelle, vivante, joueuse, sa "langue verte" pour emprunter le titre d'un de ses livres publiés à la NRF, y parvient le plus souvent.
Piers Tenniel
(La vie et l'oeuvre de Norge ont été évoquées par son ami Marc Alyn dans la collection "Poète d'Aujourd'hui" de Pierre Seghers et les éditions Gallimard ont eu la bonne idée de publier il y a quelques années une anthologie de ses poèmes dans la collection "Poésie".)

Source 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire