vendredi 8 avril 2011

Paroles





Et un jour il nous suffira, pour prendre connaissance d’un livre, de poser l’index sur sa couverture, et toute la lumière des mots passera en nous, sans reste, et ce jour-là nous saurons que nous sommes morts - car tant que nous étions vivants, nous étions voués au laborieux, au mot à mot et à l’indéchiffrable.”

 
Christian Bobin, Autoportrait au radiateur, Gallimard, 1997


Christian Bobin avec moustaches
Christian Bobin

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire