samedi 16 avril 2011

Shafic Abboud - Rétrospective peintures 1948 - 2003

SHAFIC ABBOUD - RÉTROSPECTIVE PEINTURES 1948 - 2003

Du 22 mars 2011 au 19 juin 2011





Entre abstraction lyrique et expressionnisme, son oeuvre accorde une attention exceptionnelle à la matière picturale – couleurs, formes structurées, compositions harmonieuses – évoquant notamment les lumières, les couleurs et les paysages de son Liban natal.
Shafic Abboud (1926 – 2004) est l’une des figures majeures de l’art contemporain libanais et arabe de la seconde moitié du XXe siècle. Né au Liban, il arrive à Paris en 1947 et s’intègre parfaitement à la vie artistique, comme de très nombreux créateurs venus du monde entier après la Seconde Guerre mondiale, en quête de la modernité qu’incarnent les grands artistes français qui ont fait le XXe siècle et parmi lesquels Shafic Abboud admire particulièrement Pierre Bonnard, Roger Bissière et Nicolas
de Staël.
Shafic Abboud est imprégné dès sa plus tendre enfance par les récits et les images véhiculés par la culture populaire haute en couleur des villages du Mont Liban. Son regard est influencé par les icônes et les rites byzantins de son église. Plus tard, sa formation intellectuelle est marquée par les écrits, les débats, les luttes et les idéaux qui ont accompagné la Nahda arabe, cette Renaissance moderniste et anticléricale. Shafic Abboud impose son originalité artistique et est reconnu par la critique comme un peintre appartenant à l’École de Paris. Il n’est pas le peintre d’une seule image, répétée en stéréotype et en multiples variations. Il est en permanente recherche et travaille souvent par séries : les Saisons, les Fenêtres, les Ateliers, les Chambres, les Nuits, les temperas sur le Monde de l’enfance, les temperas des Poètes arabes anciens, les Robes de Simone… Il n’a jamais mis en avant ses engagements, mais son oeuvre témoigne d’une grande sensibilité politique et sociale aux événements du monde.
À Beyrouth, dans les années 1950/70, il est l’un des acteurs majeurs de la vie culturelle et artistique de cette ville lumière de tout le Proche-Orient arabe. Son exposition en 1994, après 15 années de guerre, constitue un événement médiatique et une grande réussite commerciale. À Paris, il est le premier peintre arabe à réaliser des livres d’artiste, expose régulièrement en compagnie des plus grands noms de la scène artistique et participe en 1959 à la Première Biennale de Paris, et à la FIAC, dès 1983.
Cette première rétrospective à l’IMA, dont le commissariat est confié à Claude Lemand – galeriste et éditeur d’art à Paris – est l’occasion de faire découvrir au public quelque 190 toiles qui retracent l’itinéraire artistique de Shafic Abboud, de 1948 à 2003.


1 commentaire:

  1. Je retrouve....J'avais ete tres impressionne par l'expo a l'institut du mon arabe ! dans ce genre, jamais vu un corps de peintures aussi bon !

    RépondreSupprimer