mercredi 29 juin 2011

Les nouveaux sites classés au Patrimoine mondial de l'Unesco 2011

Nécropole royale de Méroé, vue du cimetière nord (© 2010. CdA/M. Mylonas) Ill. : Nécropole royale de Méroé, vue du cimetière nord (© 2010. CdA/M. Mylonas)

Réuni jusqu’au 29 juin à Paris, le comité du Patrimoine mondial de l’Unesco vient de classer cinq nouveaux sites : 

  • les pyramides de Méroé (Soudan), 

  • le paysage culturel du café en Colombie,

  • la zone protégée du Wadi Rum (Jordanie), 

  • l’usine Fagus à Alfeld (Allemagne) et 

  • un ensemble d’édifices lombards du VIe au VIIIe siècle en Italie.

L'Unesco met par ailleurs en garde les mauvais élèves, dont la France. Le comité a en effet demandé la suspension du projet qui prévoit l'installation d'un parc éolien près du Mont-Saint-Michel, en attendant une expertise sur l'impact d'une telle construction sur le paysage. Enfin, parmi les 35 candidatures examinées jusqu'à mercredi, celle qui présente un ensemble de réalisations architecturales signées Le Corbusier fait débat. Entre différend esthétique et intérêts politiques, le dossier porté par la France pourrait bien essuyer un troisième échec après ceux de 2006 et 2009.

A lire : Le Corbusier représenté au patrimoine mondial de l'Unesco
L'Unesco tire la sonnette d'alarme face aux pillages en Egypte
Méroé, sur la route des pyramides d'Afrique
Méroé dévoile ses trésors au Louvre

*****

Nouveaux sites au Patrimoine mondial

Par FTV-LRD  
La montagne de Liron et la vallée de l'Hérault, dans les Cévennes
La montagne de Liron et la vallée de l'Hérault, dans les Cévennes
AFP - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT
Les Causses et les Cévennes ont été inscrits mardi au Patrimoine mondial de l'UNESCO
Motif: ce territoire de plus de 300.000 ha, situé dans les départements de l'Aveyron, du Gard, de l'Hérault et la Lozère, défend "le rôle universel de l'agropastoralisme".

Autre classement au Patrimoine mondial: les sites "palafittiques" (lacustres) préhistoriques des Alpes, présents notamment en France, en Suisse, en Italie et en Allemagne.


Ces "sites palafittiques" sont des vestiges d'habitations préhistoriques répartis autour des lacs et des marais de l'arc alpin. En France, on trouve ainsi cinq sites en Savoie (quatre dans le lac du Bourget et un au lac d'Aiguebelette), quatre en Haute-Savoie (trois au lac d'Annecy, un au lac Léman). Il s'agit de lieux immergés, dont seuls sont visibles par ceux qui plongent des restes de pilotis, qui couvrent une période allant de 3800 à 800 av. J.-C.).

Pour 2011,  l'UNESCO aura finalement retenu 25 sites.

La liste du Patrimoine mondial en compte aujourd'hui 936 (183 naturels, 725 culturels et 28 sites mixtes).

Deux sites ont été placés sur la liste du Patrimoine en péril: la réserve de biosphère de Rio Platano (Honduras) et le "patrimoine des forêts tropicales ombrophiles de Sumatra".

Le Corbusier retoqué pour l'instant
Le Comité du Patrimoine mondial a décidé de différer sa décision concernant l'inscription de l'oeuvre de l'architecte suisse naturalisé français Le Corbusier (de son vrai nom Charles-Édouard Jeanneret-Gris). La France s'était associé à cinq pays (Suisse, Argentine, Allemagne, Belgique, Japon) pour présenter cet oeuvre à travers 19 édifices dans 18 villes symbolisant le renouveau urbanistique impulsé par l'architecte (1887-1965).

Pour autant, selon le maire de Firminy (Loire), où se trouve la plus importante concentration d'édifices de ce précurseur, le Conseil international des monuments et des sites, chargé d'expertiser le dossier pour l'UNESCO, aurait préféré la candidature de réalisations individuelles. Le Conseil jugeait aussi la liste présentée trop longue et ne voulait retenir que "trois ou quatre sites".

Le dossier Le Corbusier pourra être cependant présenté à une prochaine session.

Causses et Cévennes à l'honneur
Les Causses et les Cévennes ont donc été retenus pour "le rôle universel" qu'y joue "l'agropastoralisme"("qui se livre à l'agriculture et à l'élevage", selon la définition du Petit Robert) "pour modeler et entretenir l'espace" sur 3000 km2. Un territoire où "les activités agricoles et pastorales contribuent à la préservation des milieux ouverts de haute valeur patrimoniale, de la qualité des paysages et de la biodiversité", explique le site internet du Parc national des Cévennes.

Y est notamment pratiqué l'élevage non-intensif des brebis qui donne le Roquefort.

"Lors de mon déplacement en mai dernier à Mende [Lozère, NDLR]pour soutenir le dossier, j'ai été saisie par la beauté de ces paysages vivants où l'homme imprime sa trace en parfaite harmonie avec la nature, depuis trois millénaires", a indiqué la ministre de l'Ecologie et du Développement durable, Nathalie Kosciusko-Morizet. A ses yeux, la distinction de l'UNESCO "consacre la relation fusionnelle que l'homme et la nature ont su entretenir" dans ce territoire.



Sur le causse du Larzac... (AFP - ERIC CABANIS)
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire