mardi 5 juillet 2011

Iris Van Herpen: la mode Geek made in Netherlands

Iris Van Herpen: la mode Geek made in Netherlands

DR
Elle se joue des matières comme les poètes se jouent des mots. Elle sculpte avec ses logiciels de dessin des objets que son imprimante 3D extrait du néant. Iris van Herpen, styliste néerlandaise, est la vedette d'une exposition qui s'est ouverte le 29 juin à Utrecht, aux Pays-Bas. Et, surprise, elle était aussi à Paris ce 4 juillet!
 
Le Centraal Museum d’Utrecht présente une exposition originale depuis ce 29 juin jusqu’au 29 octobre : "Le nouvel artisanat, Iris van Herpen et son inspiration"

Née à Wamel, aux Pays-Bas, en 1984, Iris van Herpen est loin de l’image de la blonde évaporée associée parfois un peu légèrement aux métiers de la mode. Sa collection "Escapism" avait été très remarquée à Paris en janvier 2011. Et pour démentir que nul n’est prophète en son pays, elle a remporté en 2010 la plus haute récompense néerlandaise pour une jeune styliste, le Dutch Fashion Award.

Entre architecture et mathématiques

Iris van Herpen s’est associée à l’architecte Daniel Widrig pour développer une nouvelle technique basée sur l’imagerie digitale et une imprimante laser 3D qui découpe d’une pièce, dans des matériaux révolutionnaires, les parties de vêtements qui sont ensuite assemblées à la main.
Cette méthode de conception et de création permet les formes les plus audacieuses et les plus excentriques, certaines rappelant d’ailleurs les images fractales, ces dessins magiques dérivés de formules mathématiques complexes.
Iris van Herpen associe également les matériaux les plus contrastés dans son travail : du métal brûlé tissé aux textiles à base de cheveux ou de poils d’animaux.

Une geek passionnée de tradition

Pourtant, son inspiration, Iris la trouve dans le corps humain : "je trouve ce travail sur le corps très important" déclare-t-elle dans la vidéo publiée sur le site du musée
J’aime associer les techniques du futur avec celles du passé, il y a une force et une beauté particulière dans cette rencontre. »
Iris trouve aussi l’inspiration dans l’œuvre d’autres artistes, et notamment celui de du sculpteur néerlandais Bart Hess, qui travaille également à partir du corps humain dont les formes se perdent dans des excroissances complexes de mousse, de morceaux de papier ou de boules de matériaux composites…
Le chapelier anglais Stephen Jones est un autre artiste qui trouve de nombreux échos dans le style d’Iris van Herpen. La jeune femme vit un rêve :
pour moi, c’est un rêve de travailler avec des artistes qui m’inspirent. Ensemble, à travers la recherche de nouveaux matériaux, de nouvelles formes et de techniques neuves, nous referons de la mode un produit de valeur, un produit qui a du sens. »

Une rétrospective à 27 ans

A 27 ans, Iris van Herpen connaît déjà la consécration avec cette première exposition dans un musée. "Le nouvel artisanat, Iris van Herpen et son inspiration" montre non seulement une rétrospective de ses créations, une nouvelle collection spécialement créée à cette occasion, mais aussi ses méthodes de travail et la fameuse imprimante 3D laser avec laquelle elle sculpte ces formes étranges dans les matériaux les plus improbables.
Des vêtements haute couture, bien entendu – 25 pièces – mais aussi de spectaculaires costumes de danse réalisés pour des représentations de ballet contemporain, exhibés avec des effets de lumières et une vidéo grandeur nature.

Vidéo de sa précédente collection


Le Musée a joué la carte des contrastes en présentant simultanément une robe avant-gardiste de métal sculpté au laser et une pièce d’orfèvrerie du 17e siècle signée Adam et Paulus van Vianen. D’autres pièces contemporaines voisinent avec de somptueux objets du passé, racontant l’histoire de l’artisanat d’art néerlandais.

Les deux complices d’Iris figurent également au menu de cet événement peu commun : des chapeaux de Stephen Jones et des sculptures de Bart Hess sont exposés dans des salles annexes afin de montrer les similitudes d’inspiration.
Et le 4 juillet, Iris van Herpen à Paris, pour présenter son travail au Haute-Couture Show. 
Voyez ce défilé parisien !.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire