mercredi 20 juillet 2011

Jo Nesbø, l'héritier norvégien de Henning Mankell

   

" Jo Nesbø, l'héritier de Mankell"... Oui, certainement!
  
   

Ancien journaliste économique, ex-joueur de foot en première ligue pour le club de sa ville natale, Molde (où il est né en 1960), chanteur du groupe de rock Di Derre depuis 1990 (son frère Knut est le guitariste de la formation), Nesbø, avec son crâne rasé, son blouson de cuir et ses Doc Martens, n'est pas le genre d'écrivain qui passe inaperçu.
C'est un peu l'antithèse de l'Américain Michael Connelly, personnage lisse, discret. Leur point commun ? Un passé de journaliste et un présent consacré au polar et à une série construite autour d'un personnage de flic ambigu, dur au mal, solitaire et suicidaire. Harry Bosch pour Connelly, Harry Hole pour Nesbø. Connelly qui a commencé sa carrière en 1993, soit cinq ans avant Nesbø, reconnaît aujourd'hui sans barguigner que le Norvégien est son auteur de thriller favori.

Huit livres traduits dans quarante pays et vendus à cinq millions d'exemplaires en une décennie auront suffi à Nesbø pour devenir le parrain d'un genre qui a explosé au pays des fjords et inondé toute l'Europe en quelques années, pour le meilleur et pour le pire.

C'est grâce aux Éditions Gaïa que la France a découvert cet auteur à partir de 2003. La «Série noire» a ensuite pris le relais dès 2006.

Nesbø, comme Mankell en son temps avec les enquêtes du commissaire Wallander, attaque le mythe d'une Scandinavie parfaite, progressiste, égalitaire.
....Harry Hole déclare à un moment du livre Le Léopard: «Cette satanée société étriquée, c'était comme une infirmité dont cette jeune démocratie du nord de l'Europe, si pauvre encore peu de temps auparavant, n'arrivait pas à se débarrasser.»

Je viens personnellement de terminer "Le Bonhomme de Neige"....et j'essaie de reprendre mon souffle avant de tomber dans "Le Léopard"....
Effectivement, je suis absolument bluffée par ce talent qui me rappelle tellement l'art de Mankell:
sec, rude, coupant, mais humain, humain jusqu'à la moelle de nos os européens en perte de repères...


nesboJo Nesbo, Le bonhomme de neige, Éd.Gallimard (Folio Policier), 2010
Oslo, novembre 2004, première neige. Un bonhomme de neige apparaît mystérieusement dans le jardin de la famille Becker. La nuit même, Birte, la mère, disparaît, laissant pour seule trace son écharpe rose autour du cou du bonhomme de neige.
Flash-back : dans les années 1980 à Bergen, une femme est retrouvée coupée en morceaux. Gert Rafto, le policier chargé de l’affaire, talentueux, ambitieux, enquête en solitaire, suit la piste du meurtrier, qui le convoque… et disparaît.
Katrine Bratt, originaire de Bergen, est intégrée à l’équipe de Harry Hole. Belle, l’esprit vif et tranchant, efficace, elle constitue les dossiers ou rapports que Harry Hole n’a jamais pris la peine d’écrire à ses supérieurs, notamment celui mettant en lumière le nombre accru de disparitions de femmes en Norvège. Les commissariats ne mettant pas leurs affaires en commun, cette augmentation est jusqu’ici passée inaperçue. Le point commun de ces disparitions : toutes ces femmes sont mariées, mères de famille, et on ne retrouve pas leur corps, ou juste une partie. C’est le cas pour Sylvia Ottersen, la seconde femme à disparaître durant cet hiver 2004, dont seule la tête est retrouvée, trônant sur le corps d’un bonhomme de neige…

***********

 Jo Nesbø : "Ce qui compte : l'amour et le meurtre" (VIDEO)   
   
  
   
" Harry Hole, le flic désabusé dont Jo Nesbø retrace les enquêtes depuis son premier roman ("L'Homme chauve-souris"), reprend du service dans "Le Léopard". A l'occasion de la sortie de ce nouveau roman, nous avons rencontré son auteur, l'un des plus talentueux de la scène du polar scandinave.
Nesbø nous raconte le premier chapitre (troublant) de ce nouveau roman, revient sur le personnage de Harry Hole, et sur les questions morales (il en faut) qui hantent son œuvre. Les seules choses qui comptent ? "L'amour et le meurtre."

Le premier chapitre

Une fille est dans une chambre, plongée dans le noir. Elle se réveille et elle comprend qu'elle a été droguée. Elle se souvient progressivement qu'un homme a placé un instrument métallique dans sa bouche. Elle ne sait pas de quoi il s'agit, ni quel est son objectif. Ses derniers mots : ne tire pas la ficelle... Elle a soudain l'impression que quelqu'un bouge dans la pièce. Elle arrête de respirer et elle a l'impression que au même moment, l'autre s'arrête également de respirer. C'est la technique de chasse du Léopard. Il s'approche silencieusement de sa proie et prend le rythme de la respiration de sa victime. Quand elle s'arrête, il s'arrête aussi...
Elle prend peur et décide de tirer la ficelle. Elle a 28 ans. Elle meurt.
Ce sont les 4 premières pages du Léopard. Tu l'achètes ?

Harry Hole

Le livre suit Harry Hole. C'est le huitième livre de la série. Il vit - ou plutôt il est en train de mourir - à Hong Kong. Il a fui Oslo après sa dernière affaire décrite dans "Le Bonhomme de neige". Il est traumatisé par cette expérience, mais une jeune officier de Police le trouve et tente de le persuade de revenir à Oslo pour traquer un serial killer. Il refuse et elle abat sa dernière carte : elle lui révèle que son père est très malade et qu'il risque de mourir. Il décide alors de repartir pour Oslo. C'est donc un roman qui traite de la relation père/fils, et des seules choses qui comptent : l'amour et le meurtre.

Au coeur du roman : des questions morales
La seule chose qui compte quand on écrit c'est : est-ce que ton personnage va faire le bon choix, le choix moral juste ? Pas forcément, le choix qui lui permettra de survivre physiquement, mais celui qui le rendra éternel ! Est-ce qu'il va avoir le courage d'appuyer sur les freins, de revenir sur ses pas vers le Volcan pour sauver son ennemi qui est bloqué là-bas. C'est le choix qui lui permettrait de sauver son âme. Parce que c'est sur que Harry n'est pas éternel. Physiquement, c'est une ruine qui s'effondre morceaux par morceaux. Je peux vous assurer qu'il ne sera pas éternel. Mais son âme ? Est-ce qu'elle peut survivre, elle ? C'est ça la question.

Les références

Mes principales références ne sont pas des écrivains de roman noir. Il y a Jim Thompson et Franck Miller. J'aime certains écrivains norvégiens classiques comme Knut Hamson ou Sigurd Hoel. Tout comme certains grands écrivains américains comme Charles Bukowski, Jack Kerouac ou Ernest Hemingway. Ils ont été très importants pour moi. Je ne lis pas tant de romans noirs que ça. "


Harry Hole, le flic désabusé dont Jo Nesbo retrace les enquêtes depuis son premier roman (L'Homme chauve-souris), reprend du service dans Le Léopard. A l'occasion de la sortie de ce nouveau roman, nous avons rencontré son auteur, l'un des plus talentueux de la scène du polar scandinave.
Nesbo nous raconte le premier chapitre (troublant) de ce nouveau roman, revient sur le personnage de Harry Hole, et sur les questions morales (il en faut) qui hantent son œuvre. Les seules choses qui comptent ? "L'amour et le meurtre."


Lire aussi

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire