samedi 27 août 2011

Beauté, morale et volupté dans l'Angleterre d'Oscar Wilde

Beauté, morale et volupté dans l'Angleterre d'Oscar Wilde

13 septembre 2011 - 15 janvier 2012

Beauté, morale et volupté | expositions | Scoop.it
"La beauté a autant de significations que l'homme a d'humeurs. La beauté est le symbole des symboles. Elle révèle tout, parce qu'elle n'exprime rien. Quand elle paraît, elle nous montre le monde entier éclatant de couleurs."
Oscar Wilde, 1890


De la confusion des styles et des théories qui agitèrent l'art, la poésie, l'architecture et les arts décoratifs dans l'Angleterre du milieu du XIXe siècle se dégage une même volonté révolutionnaire : échapper à la laideur et au matérialisme de l'époque en créant un nouvel idéal de beauté. Pour Oscar Wilde, Beardsley, Rossetti, Burne-Jones, Morris, Whistler, la beauté devient le mot d’ordre et dicte les codes d'une vie nouvelle où le superflu devient le nécessaire. A travers les plus beaux tableaux de ce mouvement ainsi que ses étonnantes créations dans le domaine de l'ameublement, de la décoration et de la mode, cet ouvrage retrace l'effervescence de l'époque où les artistes, les poètes et leurs muses, les concepteurs d'objets, sans oublier les esthètes et collectionneurs consacrèrent leur vie à la recherche de la beauté.
**************
13 septembre 2011 – 15 janvier 2012
Cette exposition explore l’”aesthetic movement” qui, dans l’Angleterre de la seconde moitié du XIXe siècle, se donne pour vocation d’échapper à la laideur et au matérialisme de l’époque, par une nouvelle idéalisation de l’art et de la beauté. Peintres, poètes, décorateurs et créateurs définissent un art libéré des principes d’ordre et de la moralité victorienne, et non dénué de sensualité.
Des années 1860 à la dernière décennie décadente du règne de la reine Victoria, qui s’éteint en 1901, ce courant est étudié à partir des oeuvres emblématiques de Dante Gabriel Rossetti, Edward Burne-Jones et William Morris, James McNeill Whistler, Oscar Wilde et Aubrey Beardsley. Tous sont réunis dans une même quête associant la création artistique à l’art de vivre et qui trouve des terrains d’expression féconds dans les domaines de la photographie, des arts décoratifs, du vêtement et de la littérature.

Angelo-Monticelli


Oscar Wilde à New York – 1882




George-Frederic-Watts





Sir Lawrence Alma-Tadema



Frederic-Leighton

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire