dimanche 14 août 2011

La vie est un théâtre.....avec Georges Clairin

Georges Jules Victor Clairin, né à Paris en 1843 et mort en septembre 1919 (à 75 ans), est un peintre et illustrateur français, représentatif de l'art dit « pompier. »

 

Il se forme dans les ateliers d'Isidore Pils et de François-Édouard Picot. En 1861, il entre à l'École des beaux-arts de Paris et commence à exposer en 1866. Il voyage en Espagne avec Henri Regnault, en Italie avec François Flameng et Jean-Léon Gérôme. Il rencontre le peintre catalan Marià Fortuny lors d'un séjour au Maroc où ils visitent ensemble Tétouan[1]. En 1895, il voyage en Égypte avec le compositeur Camille Saint-Saëns.
Il est connu surtout pour ses portraits de Sarah Bernhardt, à laquelle il est lié par une longue amitié et qu'il dépeint dans nombre de rôles dans lesquels elle s'est illustrée, tels celui de la reine dans Ruy Blas (1879), de Mélisande dans La Princesse lointaine (1895 et 1899), de Cléopâtre (1900), de Theodora (1902) et de sainte Thérèse d'Avila ; il la représente aussi dans des poses plus intimes. Clairin a également peint plusieurs plafonds, dont ceux des foyers de l'Opéra Garnier (1874) et du théâtre de Cherbourg.
Georges Clairin est l'oncle du peintre Pierre-Eugène Clairin.

*******

L' art pompier
Expression qui s'emploie pour désigner l'art officiel de la seconde moitié du XIXe s.
Le terme de pompier, synonyme de académique, a eu longtemps une résonance très péjorative.
Son origine peut être retrouvée — mais sans certitude historique appuyée sur un document — dans les traditions de l'École des Beaux-Arts.
Au moment du Romantisme, les élèves de l'École célébraient ironiquement dans les tableaux de David et de ses émules les guerriers nus porteurs de ces casques antiques que nous retrouvons dans la chanson rituelle des quat' zarts :

Un casque est une coiffure
 Qui sied à leur figure
Un casque de pompier
Ça fait presque un guerrier....

Des personnages au tableau, du tableau à l'artiste, le chemin était court, et bientôt le qualificatif de pompier s'est appliqué tout naturellement aux maîtres de l'École, aux membres de l'Institut, au jury du Salon.
Puis il devait s'étendre à la plupart des exposants de la Société des artistes français comme à ceux de la Nationale des beaux-arts.
Et de là aux artistes étrangers qui y participaient ou s'en inspiraient.
Au moment où la peinture officielle, de 1848 à 1914, retrouve notre intérêt et notre estime, cette expression devrait, se dégageant des railleries, être utilisée en tant qu'acception historique et pourrait servir de définition — malgré la difficulté de la traduire — pour la plus grande partie de l'art de cette période, celle qui se développe à côté des avant-gardes et qui les normalise rapidement.
En 1984, dans un bref essai intitulé - Peut-on parler d'une peinture " pompier " ? -, Jacques Thuillier s'est interrogé très justement sur la vogue de ce terme et les modalités de son utilisation ; par contre, certains livres qui s'y réfèrent ont quelque peu semé la confusion en cataloguant indifféremment sous ce terme les peintres de la seconde moitié du XIXe s. attachés à la tradition de l'École des Beaux-Arts et au vérisme né de Courbet, et les artistes romantiques qui se détachent du Baroque et du Néo-Classicisme mais hésitent entre Ingres et Delacroix.
Et pourtant la différence existe, subtile, parfois difficile à cerner : mieux étudiée, elle permettra de préciser le concept d'" Art Pompier ", cette entité des années 1848-1914 qui n'est ni un mouvement esthétique défini ni un style particulier, mais un climat artistique international, narratif et décoratif.




George Clairin En dehors du Harem



George Clairin dans son atelier d'art au travail

Les illustrations et les scènes de la vie en Europe



 Suite royale


 


 Festival des Fleurs


  Bienvenue àVenise



 




  Ophélie

2158834_4082252927_7cc4005c16_o (700x479, 153Kb)

  Ophélie


 Les centaures dans les vagues


  Frou-Frou

L'orientalisme de Clairin.....
 

Femme en costume de fêtes

 

Les favorites du Sultan



 Scène avec un paon blanc


 Deux femmes du harem


2158834_4083012784_89ee68bee5_o (385x565, 65Kb)



Portraits


Ministre de Tanger sur un cheval


 Portrait d'Alexandre Dumas


Artiste au travail


  Portrait de Mademoiselle Vilinov avec un chien en 1875

L'actrice Sarah Bernhardt

Une place spéciale dans l'oeuvre de Clairin est dédiée dans une série de portraits, affiches et photos - de la grande actrice Sarah Bernhardt. .


L'actrice Sarah Bernhardt


Portrait de Sarah Bernhardt...... J'adore!!!!!!!!!


  Sarah Bernhardt au repos


  Portrait de Sarah Bernhardt



  Sarah Bernhardt pour la pièce "Theodora"


  Sarah Bernhardt  1902


  Portrait de Sarah Bernhardt


  Sarah Bernhardt dans la pièce "Sainte Thérèse Davila"


Sarah Bernhardt en Melisende

  

  Portrait de Sarah Bernhardt

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire