mardi 9 août 2011

Sourire: "Méfions nous des livres "...


Merci à Castalie , une mine de petits trésors cachés.....

« A l'exception d'un petit nombre d'ouvrages religieux tels que la Bible et le Coran, les livres exercèrent toujours une faible action. S'il leur arrive accidentellement de posséder une certaine influence, c'est que les gouvernants aiment à trouver dans les écrits des philosophes une thèse capable de justifier leurs actes. On a souvent rappelé que Robespierre et les hommes de la Révolution s'inspiraient des oeuvres de Rôusseau. Il semble fort probable que cet écrivain leur fournit simplement, grâce à sa théorie erronée de l'égalité naturelle des hommes détruite par les iniquités sociales, une justification de tous les décrets révolutionnaires. »
(Gustave LE BON, Premières conséquences de la guerre, 1916)

« Serait-il vraiment très difficile de poser le principe que tout auteur, tout écrivain dont l'oeuvre se plaît à la description minutieuse des raffinements de luxure, dont les ouvrages avilissent la jeunesse, souillent le coeur, est un écrivain déshonoré, un homme disqualifié, à qui on ne serre plus la main, qu'on n'invite plus à sa table, un mauvais Français, actif collaborateur des convoitises germaniques? »
(Paul BUREAU, L'indiscipline des moeurs, 1922)

« Toute littérature vraiment digne de ce nom repose sur les deux principes qui conservent les Etats, c'est-à-dire sur la morale et la religion. »
(D. SAUCIÉ, Histoire de la littérature française, 1863)

« Les livres sont faits aujourd'hui, pour la plupart, par des gens qui sont la honte et l'opprobre de leur temps. »
(Marie-François LHOMME, La Comédie d'aujourd'hui, 1898)

« Je hais les livres; ils n'apprennent qu'à parler de ce qu'on ne sait pas. [...]
L'abus des livres tue la science. Croyant savoir ce qu'on a lu, on se croit dispensé de l'apprendre. Trop de lecture ne sert qu'à faire de présomptueux ignorants. De tous les siècles de littérature, il n'y en a point où l'on lût tant que dans celui-ci, et point où l'on fût moins savant. »

(Jean-Jacques ROUSSEAU, Émile, 1761)

« Ceux qui composent des livres gravement obscènes pèchent mortellement; car ils sont une occasion de ruine spirituelle pour un grand nombre de personnes, et ils ne peuvent invoquer aucun motif d'excuse légitime.
Il est également impossible de trouver une raison suffisante pour excuser ceux qui font profession de vendre de tels livres : pèchent donc mortellement les libraires qui les tiennent dans leur magasin, les y étalent et les vendent au public. »
(Mgr J.-B. BOUVIER, Dissertation sur le sixième commandement, 3, 3)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire