vendredi 2 septembre 2011

Bernard Louedin ou la Bretagne au coeur

Bernard LOUEDIN - Galerie
Art Sud


Bernard LOUEDIN est né à Rennes en 1938. Breton de souche et de cœur, Bernard LOUEDIN a commencé à peindre dès 1955 et c'est à Rennes, bien sûr, que Bernard LOUEDIN se lança dans sa première exposition en 1963, puis à Nantes, Brest, Quimper, Caen, Rouen, Paris et le monde entier, grâce à la magie de son pinceau.
Ses influences vont successivement du Greco à l'école post cubiste, mais son intérêt pour le trait s'inscrit, à partir de 1967 dans une démarche plus onirique et poétique dont les sources sont flamandes et germaniques.
Après de nombreuses expositions en Europe et au Japon, Bernard LOUEDIN, artiste complet, se consacre surtout au travail en atelier à travers ses disciplines préférées: la peinture à l'huile, la gravure, les cartons de tapisseries, la sculpture et l'illustration d'ouvrages de bibliophilie
.
Bernard LOUEDIN "joue" avec la peinture tant il prend plaisir à décrire son imaginaire, faisant de la métaphore son expression favorite. En lisant ses toiles, on le dira "maniériste" tant la précision des détails surprend le regard. Bernard LOUEDIN détient le pouvoir merveilleux de rendre visible l'impossible où l'agrément du concret se pare de surnaturel. Bernard LOUEDIN bouleverse la réalité, grâce à l'inattendu de ses perspectives, de ces compositions gorgées de sortilèges et d'illusions, véritables merveilles de réflexion et de rêve, transmises avec aisance et poésie au gré de multiples motifs ciselés avec race et précision.

Bernard LOUEDIN
 Galerie Art Sud - Bouquet de pavots
 Bouquet de pavots
 Galerie Art Sud - Dernier exil
 Dernier exil 
 Galerie Art Sud - Hold Huppe
 Hold Huppe
 Galerie Art Sud - Les coquettes
 Les coquettes
 Galerie Art Sud - Les feuilles d'automne
 Les feuilles d'automne
 Galerie Art Sud - Les horloges de campagne
 Les horloges de campagne
 Galerie Art Sud - Les pavots roses
 Les pavots roses
 Galerie Art Sud - Les remorqueurs de Venise
 Les remorqueurs de Venise 

Ses influences vont successivement du Greco à l’Ecole post-cubiste, mais son intérêt pour le trait s’inscrit, à partir de 1967 dans une démarche plus onirique et poétique dont les sources sont flamandes et germaniques.


Après de nombreuses expositions en Europe et au Japon, Bernard Louedin, artiste complet, se consacre surtout au travail en atelier à travers ses disciplines préférées: la peinture à l’huile, la gravure, les cartons de tapisseries, la sculpture et l’illustration d’ouvrages de bibliophilie.

Bernard Louedin «joue» avec la peinture tant il prend plaisir à décrire son imaginaire, faisant de la métaphore son expression favorite. En lisant ses toiles, on le dira «maniériste» tant la précision des détails surprend le regard. Il détient le pouvoir merveilleux de rendre visible l’impossible où l’agrément du concret se pare de surnaturel. Louedin bouleverse la réalité, grâce à l’inattendu de ses perspectives, de ses compositions gorgées de sortilèges et d’illusions, véritables merveilles de réflexion et de rêve, transmises avec aisance et poésie au gré de multiples motifs ciselés avec race et précision.

* * *

Bernard Louedin expose en Suisse depuis près de 40 ans. La Bibliothèque des Arts, sous la direction du regretté François Daulte a publié trois monographies et quatre carnets de dessins dont l’un fut préfacé par l’écrivain Jacques Chessex.
En 1990, la Fondation de l’Hermitage à laquelle Bernard Louedin fait périodiquement don d’un exemplaire de chacune de ses eaux-fortes a eu l’occasion de présenter à son public nombre de ses dessins et gravures. Cependant son art n’a cessé d’évoluer depuis, avec deux techniques nouvelles: la sculpture et la tapisserie.

Aujourd’hui, le peintre des grands espaces habités de chimères, présente une sélection de peintures accompagnées de huit sculptures et quatre tapisseries tissées par Dominique de Serres, diplômée de l’Ecole d’Aubusson.

Nous y retrouvons le raffinement et la délicatesse d’une œuvre empreinte d’humour, de nostalgie assumée et de rêves poétiques qui sont peut-être la trace des vagabonds de l’âme celte, ou de la cité mythique engloutie d’Ys. Un rendez-vous conseillé aux amateurs d’échappées imaginaires, de rêves et de poésie fantastique.


Michel Bugnion
Vice-président de la Fondation
de l’Hermitage de Lausann


Bernard Louédin est un artiste français né en 1938. Il expose depuis 1963 dans des galeries françaises et à l’étranger. Un parcours formidable pour un artiste hors du commun. Peintre, graveur, sculpteur. Des œuvres ont fait l’objet d’acquisition publique et il existe 7 monographies sur l’artiste et de nombreux ouvrages de bibliophilie. Reportages de radio (France Culture) et de télévision…



(…) Dans le regard implicite d’un petit prince de l’étrange, une image excite la magie d’en raconter l’histoire. Une pensée poétique suffit à faire surgir un vaisseau fantasmagorique de la brume ou une cavalcade fantastique où « l’enfance perdue » chevauche la nostalgie de ses propres légendes. Avec l’imaginaire pour Atlantide, Louédin navigue au long cours dans le sillage désincarné du rêve et les promesses d’une… possible renaissance (…).

Jean-Louis Avril, « Univers des Arts », 2004

************































Source: 
site

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire