vendredi 2 septembre 2011

Daniel Richter à Hanovre


Daniel Richter, “Army of traitors”, 2011, oil on canvas, 200 x 300 cm | Courtesy Contemporary Fine Arts, Berlin © VG Bild-Kunst, Bonn 2011, photo: Jochen Littkemann, Berlin
Daniel Richter, “Army of traitors”, 2011, oil on canvas, 200 x 300 cm | Courtesy Contemporary Fine Arts, Berlin © VG Bild-Kunst, Bonn 2011, photo: Jochen Littkemann, Berlin
 

ALLEMAGNE / Hanovre: 10001 Nights
03 septembre 2011 -> 03 novembre 2011 

Kestnergesellschaft
Goseriede 11
30159 Hanovre
Germany

Daniel Richter est l'un des peintres leaders contemporain en Allemagne.
Il s'est fait un nom par lui-même avec sa représentation hybride de l'abstraction et la figuration avec laquelle il décrit les ambivalences politiques des images médiatiques.


L'exposition "10001nights" à la Kestnergesellschaft comprendra de nouvelles peintures et dessins de 2008 à 2011 portant sur ​​le vocabulaire de la ligne.

Le point de départ pour ces travaux est la collection des contes fantastiques connu comme les «1000 et une Nuits».
Richter transforme ces histoires arabe en menaçant le féerique des scénarios, qui font désormais allusion à un orientalisme qui a changé depuis 9 / 11.
Daniel Richter, “WOW”, 2011, oil on canvas, 200 x 270 cm | Courtesy Contemporary Fine Arts, Berlin © VG Bild-Kunst, Bonn 2011, photo: Jochen Littkemann, Berlin
Daniel Richter, “WOW”, 2011, oil on canvas, 200 x 270 cm | Courtesy Contemporary Fine Arts, Berlin © VG Bild-Kunst, Bonn 2011, photo: Jochen Littkemann, Berlin


D'allégoriques duels se jouent au milieu de ces scénarios: l'anarchie, contrairement à l'Etat, la domination contre l'oppression, les nomades en comparaison avec les sédentaires
Ces situations inconciliables sont enrichies par une variété formelle.
Les nouveaux travaux sont déterminés par un vocabulaire linéaire qui appartenait à l'origine au dessin, mais il est ici appliqué en termes picturaux.

Richter compose le fond de ses toiles avec des progressions de couleur qui rappellent Morris Louis, des lignes ornementales qui font référence à Brice Marden et expressives qui rappellent Clyfford Still. Ces formes abstraites-expressives sont combinées avec des lignes mécaniques tirées des sciences géologiques: des dessins cartographiques ou sismologiques pour simuler un environnement naturel dans ses peintures.
***********

Daniel Richter

Popstar de la peinture contemporaine allemande

 
« Peindre, c’est penser », a déclaré un jour Daniel Richter. Il privilégie les grandes toiles d’au moins deux mètres sur trois.
A ses débuts, sa peinture était abstraite, aux couleurs criardes et vives. Depuis quelques années, Richter a découvert l’art figuratif et se l’est approprié. Des photos de journaux, des pochettes de disques et la peinture historique du 19e siècle lui servent de source d’inspiration. Toutefois, c’est la dimension politique de son univers mental qui est au premier plan de son œuvre, que ce soit la chute de mur de Berlin ou l’insurrection communiste de Hambourg en 1923 (Barmbeker Aufstand).

Daniel Richter est une véritable popstar de la peinture contemporaine allemande. Sur le marché international de l’art, ses tableaux sont extrêmement bien cotés : certains peuvent atteindre des prix astronomiques, jusqu’à 500 000 euros. Et pourtant, Richter n’a commencé à manier le pinceau qu’à la trentaine. Né en 1962 à Eutin, tout au nord de l’Allemagne, il s’installe à Hambourg après sa scolarité. Il gagne alors sa vie comme serveur et devient parallèlement un activiste d’extrême-gauche. En 1991, il intègre l’école des Beaux-Arts de Hambourg sans même baccalauréat ni formation. Sa carrière fulgurante démarre quelques années plus tard.
 
 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire