samedi 24 septembre 2011

Lorsque Borgès était poète....


river dreams by *ariseandrejoice




Le second crépuscule.
La nuit que rend profonde le sommeil.
La purification et l'oubli.
Le premier crépuscule.
Le matin qui a été l'aube.
Le jour qui fut le matin.
Le jour nombreux qui sera l'usure du soir.
Le second crépuscule.
Cette autre habitude du temps, la nuit.
La purification et l'oubli.
Le premier crépuscule...
L'aube silencieuse et dans l'aube
L'inquiétude du Grec.
Quelle est donc cette trame
Du sera, de l'est et du fut ?
Quel est ce fleuve
Le long duquel coule le Gange ?
Quel est ce fleuve dont la source est inconcevable ?
Quel est ce fleuve
Qui emporte épées et mythologies ?
Il est inutile que je dorme.
Il coule dans le sommeil, le désert, dans une cave.
Le fleuve m'emporte et je suis ce fleuve.
Je suis fait d'une matière périssable, de temps mystérieux.
Peut-être la source se trouve-t-elle en moi.
Peut-être de mon ombre
Sourdent, fatals, illusoires, les jours.

 

Jorge Luis Borges, par Jorge Aguirre en 1960.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire