lundi 24 octobre 2011

En passant par Brocéliande

 
Brocéliande est une forêt mythique de la légende arthurienne, où se déroulent de nombreux récits mettant en scène Merlin, les fées Morgane et Viviane, ainsi que certains chevaliers de la table ronde. Les textes y situent plusieurs hauts lieux et hauts faits, notamment le val sans retour où Morgane piège les hommes infidèles jusqu'à être déjouée par Lancelot du lac, et la fontaine de Barenton réputée faire pleuvoir. Brocéliande serait aussi le lieu de la retraite, de l'emprisonnement ou de la mort de Merlin.
Le premier texte à la citer est le Roman de Rou, par le poète anglo-normand Robert Wace, autour de 1160. C’est dans les textes postérieurs qu’elle trouve son nom actuel et la plupart de ses attributions, sans que les indices sur sa localisation soient concordants. Sa première localisation physique revendiquée remonte au 30 août 1467 lorsque les Usemens et Coustumes de la foret de Brecilien sont écrits au château de Comper par un certain Lorence, chapelain du comte de Laval.
Anciennement, Brocéliande était assimilée à la forêt de Quintin, mais depuis le milieu du XIXe siècle, les différents auteurs l'associent de préférence à la forêt de Paimpont.

(D'autres théories postulent sa localisation près de Huelgoat, du Mont Saint-Michel, de Dol, à Paule, voire en Normandie)
 
 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire