jeudi 27 octobre 2011

Gertrude Stein, l'inspiratrice

Gertrude Stein, née le 3 février 1874 à Allegheny en Pennsylvanie et morte le 27 juillet 1946 à Neuilly-sur-Seine près de Paris, est une poétesse, écrivain, dramaturge et féministe américaine. Elle passa la majeure partie de sa vie en France et fut un catalyseur dans le développement de la littérature moderne et de l'art moderne. Par sa collection personnelle et par ses livres, elle contribua à la diffusion du cubisme et plus particulièrement de l'œuvre de Picasso, de Matisse et de Cézanne.

Benjamine des cinq enfants d'une famille bourgeoise d'immigrants juifs allemands, Gertrude part, à trois ans, à Vienne et Paris. A leur retour en 1878, la famille s'installe en Californie. Gertrude étudie la psychologie au Radcliffe College (Harvard), suivi de deux ans de médecine à Johns Hopkins. Elle rejoint son frère Leo - critique d'art - à Paris en 1903, où ils vivent tous deux des dividendes des placements financiers de leur père défunt. En 1907, Gertrude rencontre Alice B. Toklas, sa secrétaire, confidente et inséparable compagne. Son premier roman 'Three Lives' est publié en 1909, mais le succès ne vient qu'avec 'Autobiographie d'Alice Toklas', en réalité celle de Gertrude elle-même. Dans leur hôtel du 27, rue de Fleurus, à Montparnasse, les Stein accueillent toute l'avant-garde artistique et littéraire, constituant une collection d'art moderne. Gertrude tente d'appliquer les principes cubistes à l'écriture créant un style fragmenté, répétitif, abstrait, axé sur le présent et quasi sans ponctuation - illustré dans 'The Making of Americans' (écrit en 1906, publié en 1925) et poussé jusqu'à l'inintelligible dans son recueil de poèmes 'Tender Buttons'. Elle écrit aussi deux opéras : 'Four Saints in Three Acts', 'The Mother of us All'. Durant la Deuxième Guerre mondiale, Gertrude et Alice, homosexuelles et juives, échappent pourtant à la déportation. Morte des suites d'un cancer du colon, Gertrude Stein est enterrée au Père Lachaise, où Alice la rejoint 21 ans plus tard.


Actuellement, une expo à la


Pablo Picasso, Gertrude Stein, 1905–06; oil on canvas; 39 3/8 x 32 in. (100 x 81.3 cm); The Metropolitan Museum of Art, New York, bequest of Gertrude Stein, 1946; © Estate of Pablo Picasso / Artists Rights Society (ARS), New York; photo: The Metropolitan Museum of Art, NY






Gertrude Stein and Alice Toklas in the apartment at 27 rue de Fleurus, Paris, 1922; photo: Man Ray; private collection, San Francisco; © Man Ray Trust / Artists Rights Society (ARS), New York / ADAGP, Paris

Pablo Picasso, Lady with a Fan, 1905; oil on canvas; National Gallery of Art, Washington, gift of the W. Averell Harriman Foundation in memory of Marie N. Harriman; © 2011 Estate of Pablo Picasso /
stein.valloton.SF_5-11
Félix Edouart Vallotton's "Gertrude Stein."

File:Gertrude Stein by Alvin Langdon Coburn.jpg
Stein in 1913
File:GertrudeStein JackHemingway Paris.jpg
Gertrude Stein with
Ernest Hemingway's son, Jack Hemingway in 1924. Stein is credited with bringing the term "Lost Generation" into use.
File:Gertrude stein.jpg
Carl Van Vechten, Portrait of Gertrude Stein, 1934
File:Gertrude Stein 1935-01-04.jpg
Gertrude Stein, photographed by
Carl Van Vechten, 1935





A lire dans ce contexte: Matisse-Picasso : pour l'amour de Gertrude Stein

LEMONDE | 05.10.11 | 14h09 • Mis à jour le 05.10.11 | 14h10

Un tableau d'Henri Matisse, "Nu Bleu Souvenir de Biskra" (1907), exposé au Grand Palais pour l'exposition "Matisse, Cézanne, Picasso, l'aventure des Stein", le 4 octobre 2011.
Un tableau d'Henri Matisse, "Nu Bleu Souvenir de Biskra" (1907), exposé au Grand Palais pour l'exposition "Matisse, Cézanne, Picasso, l'aventure des Stein", le 4 octobre 2011.ASSOCIATED PRESS/RÉMY DE LA MAUVINIÈRE

Comme dans les romans anglais du XIXe siècle, il faut commencer par une généalogie. Milly et Daniel Stein vivent à Pittsburgh, Pennsylvanie. En 1865, Milly donne naissance à un premier fils, Michael, suivi d'autres, qui meurent en bas âge. En 1872, naît Leo et, en 1874, Gertrude, la benjamine. La famille est assez aisée pour se permettre peu après de venir vivre un moment à Paris. En 1891, Michael succède à son père dans l'administration de l'Omnibus Railway and Cable Company de San Francisco et fait fructifier le capital familial, dispensant les siens d'avoir à travailler.
Ces jeunes Américains bien nés et bien éduqués dans les universités sont attirés par la Vieille Europe, y voyagent, et finissent par louer des maisons en Italie et en France. Ils y jouissent du passé et du présent, passant de musées en antiquaires. On se croirait dans une nouvelle d'Edith Wharton, elle-même new-yorkaise établie à Paris en 1907.
L'histoire ne prend un tour particulier qu'en 1903. Leo Stein achète son premier Cézanne et Gertrude le rejoint à Paris, au 27, rue de Fleurus, adresse appelée à devenir mythique. Comme Gertrude Stein elle-même : parce qu'elle est l'auteur de quelques livres majeurs de la littérature américaine, dont L'Autobiographie d'Alice B. Toklas, ainsi intitulée en hommage à sa compagne ; et en sa qualité d'amie, confidente et collectionneuse acharnée de Matisse et Picasso. Pendant dix ans, de 1904 à 1914, elle et ses frères Leo et Michael, ainsi que Sarah, l'épouse de ce dernier, sont les plus actifs et pénétrants connaisseurs des avant-gardes parisiennes, fauvisme et cubisme.
L'exposition "L'aventure des Stein" se concentre sur cette décennie - et les chefs-d'oeuvre s'accumulent dans les salles. Aussi invraisemblable que cela paraisse aujourd'hui, vers 1910, il suffit de faire quelques pas dans le 6 e arrondissement, de la rue de Fleurus à la rue Madame, où habite le couple Sarah et Michael, pour pouvoir admirer, de Matisse, la Femme au chapeau, le Nu bleu, et une quantité de paysages de Collioure ; et, de Picasso, le sublime Jeune homme menant un cheval, le portrait de Gertrude en 1906, une dizaine d'études pour Les Demoiselles d'Avignon et des natures mortes cubistes non moins décisives. De temps en temps, les peintres en personne sont là, le samedi soir souvent.
Très vite, être reçu rue de Fleurus devient un rite d'initiation obligatoire pour quiconque veut comprendre l'art et la littérature modernes. Tout en suivant d'une oreille les discours de Leo, très éloquents dit-on, ou ceux de Gertrude, plus brefs, le visiteur ébahi reconnaît des Cézanne - pommes, baigneuses et portrait de Madame Cézanne dans un fauteuil -, La Sieste de Bonnard, tableau érotique, et Le Grand Nu de Vallotton, tableau anti-érotique. Deux Gauguin et un Manet complètent la section des précurseurs, car la collection se construit délibérément comme une histoire de l'art moderne.
Comme cette histoire, elle est donc vite dominée par le face-à-face Matisse-Picasso, lutte pour le pouvoir ou match de boxe. A partir de 1906, les deux artistes jouent à un jeu très simple et plutôt brutal : c'est au "lequel des deux" aura chez les Stein, dans le lieu le plus emblématique, la toile la plus emblématique - pas nécessairement la plus vaste, mais la plus forte, celle qui relègue le rival au deuxième plan. Picasso peint-il le portrait de Gertrude et celui de Leo ? Matisse fait bientôt ceux de Sarah, Michael et, deux fois et en très grand, celui de leur fils Allan. Chez eux, il est chez lui, et Sarah lui voue un culte quasi mystique. Rue de Fleurus, à partir de 1907, Picasso est souverain.
Dans les salles du Grand Palais, cette tension ne se sent pas assez. Ce qui était accroché jadis sur deux ou trois rangs superposés cadre contre cadre, est aujourd'hui déployé au large, en raison de l'afflux probable de public, que la scénographie anticipe en ménageant de larges circulations. Du coup, la bataille des peintres pour gagner le meilleur emplacement dans la grande pièce où Gertrude reçoit n'est plus guère perceptible. Ni non plus une autre caractéristique, visible sur les photographies : les toiles les plus avant-gardistes surplombaient des meubles anciens sur lesquels s'accumulaient les Vierges et les crucifix chinés chez les brocanteurs.
Jusque dans la maison absolument moderne que construisit pour eux Le Corbusier en 1926, Sarah et Michael conservent cette habitude, scandalisant les fanatiques du purisme qui se demandent ce que des meubles d'autrefois font dans les pièces blanches de la villa de Vaucresson. Une reconstitution de la rue de Fleurus ou de l'appartement de la rue Christine où Alice et Gertrude déménagent en 1938 était impossible. Mais c'est une part importante du style Stein qui se perd dans cette présentation muséale.
Pour réunir les toiles passées chez les quatre Stein pendant cette décennie, il faut aujourd'hui emprunter dans les collections privées et publiques nord-américaines, françaises ou suisses. Cet ensemble prodigieux n'a résisté ni aux disputes, ni à l'érosion inexorable de la fortune familiale, ni à l'augmentation des prix de Matisse et de Picasso. Paradoxe vicieux : à force de défendre et de faire connaître leurs héros, les Stein finissent par ne plus pouvoir les acheter. Ce que Gertrude peut encore acquérir en 1912 ou 1913, soit en traitant avec le marchand Daniel-Henry Kahnweiler, soit en procédant à des échanges, lui est inaccessible dix ans plus tard.
Dans l'entre-deux-guerres, ses livres et ses tournées de conférences aux Etats-Unis, s'ils lui assurent une gloire croissante, ne lui permettent pas d'être au niveau des nouveaux collectionneurs américains richissimes, Barnes, Guggenheim ou Rockefeller. Picabia lui-même, dont elle a la révélation tardive dans les années 1930, est déjà alors un peu cher pour elle. Aussi, de temps en temps, revend-elle une oeuvre. Les cartels précisent utilement la date à laquelle cette séparation a eu lieu. Précision cruelle pour certains, qui n'ont pas tenu longtemps sur ces murs où il était si désirable d'être accroché. Un seul a échappé à ce sort et régné continûment jusqu'à la mort de Gertrude en 1946, Picasso bien sûr.

"Matisse, Cézanne, Picasso : l'aventure des Stein", Grand Palais, Paris




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire