samedi 22 octobre 2011

« Maurice Denis et la Bretagne »

« Maurice Denis et la Bretagne »

du 18 octobre 2011 au 22 janvier 2012

Maurice Denis, La Bolée de cidre, 1895, huile sur toile, 38 x 29 cm (SAINT-GERMAIN-EN-LAYE, MUSÉE DÉPARTEMENTAL MAURICE DENIS. ©DR/Adagp, Paris 2011.).

Lorsqu’il la découvre en 1883, la Bretagne inspire à Maurice Denis un enthousiasme esthétique et spirituel qui ne s’est jamais démenti.

La preuve au musée Maurice Denis de Saint-Germain, qui reprend l'exposition présentée l'année dernière à Pont-Aven et à La Roche-Jagu, en l'enrichissant d'une quarantaine de tableaux.
Pour le jeune artiste, la Bretagne est en premier lieu la terre du renouveau pictural, entrepris par Gauguin et l'École de Pont-Aven. Il en retient l'organisation de la surface par plages colorées, mais il hérite aussi de la sensibilité à la spiritualité de la Bretagne profonde.
Pardons, calvaires et chapelles fournissent la matière à des toiles d'une poésie primitive, dans lesquelles le pittoresque est transfiguré par les couleurs et arabesques du peintre.
Le choix de la région comme lieu de villégiature devait imprimer à l'iconographie bretonnante un tour plus franchement balnéaire. Installé dans un premier temps à Loctudy, l'artiste acquiert en 1908 la villa Silencio à Perros-Guirec, sur la côte de Granit rose.
Inlassablement, il peint les plaisirs simples des jeux de plage en famille et les beautés du paysage local.

Autour du thème des éléments naturels, l’exposition réunit plus d’une centaine d’oeuvres empreintes de l’harmonieuse correspondance entre l’homme, la terre, la mer et le ciel qu’exprime la vision singulière de Maurice Denis.

L'interprétation par Maurice Denis des paysages ou des scènes de la vie d'un pays breton en même temps familier et idéalisé magnifie tous les aspects de la nature et des activités humaines.
Les portraits, les paysages et plages, parfois revisités par les mythes et légendes, les humbles travaux quotidiens, les fêtes religieuses traditionnelles, les populaires régates..., se trouvent ainsi investis de spiritualité et de significations symboliques.

Fichier:Maurice Denis par Odlilon Redon.jpg
Maurice Denis. Lithographie par Odilon Redon (1903).


Maurice Denis, né le 25 novembre 1870 à Granville (Manche), mort à Paris le 13 novembre 1943, est un artiste peintre, décorateur, graveur, théoricien et historien de l'art français.

Vue de Plougrescant, 1937 (Catalogue raisonné de l'oeuvre de Maurice Denis/ADAGP, Paris 2009)
Vue de Plougrescant, 1937

Numériser0004
Pluie en Bretagne. 28X 21.5cm.1889.
Numériser0002
Baigneuses (Plage au petit temple) 114X 195. 1906.
Numériser0001
« Plage au petit garçon » 76 X115cm. 1911

null

Maurice Denis, Les arbres verts, 1893, musée d’Orsay


Bénédiction d'un yacht sur la rivière Belon






Maurice Denis en Bretagne

jeunesse-ou-vague-au-ballon-rouge
Jeunesse ou vague au ballon rouge

Maurice Denis (1870-1943) est un cas exemplaire de l’évolution – on pourrait dire des progrès – de l’histoire de l’art au xxe siècle. Pendant longtemps, elle n’a étudié que l’avant­garde picturale. C’est à peu près avec l’ouverture du musée d’Orsay qu’on a commencé à regarder tous ces nom­breux artistes qui, plus sages, mieux ancrés dans la société, étaient appelés au pire pompiers, au mieux académi­ques. Maurice Denis se retrouve dans les deux cas de figure. Très jeune, il fait partie du groupe des Nabis, qui se forme en 1889 dans l’enthousiasme suscité par les œuvres bretonnes de Gauguin. Il écoute le témoignage de Paul Sérusier et regarde ce petit panneau rapporté de Pont-Aven, devenu Talisman, qui ouvrait la porte à toutes les auda­ces. Denis commence sa carrière avec de petits tableaux hardis et colorés. Mais dès 1897-1898, Maurice Denis évolue. Un voyage en Italie avec André Gide, l’admi­ration pour les grands maîtres de la Renaissance, sa réflexion sur l’art de Cézanne, son admiration pour Maillol l’entraînent à chercher la conciliation entre tradition et modernité. Il résiste à la tentation de mul­tiplier les œuvres au gré des émotions éprouvées. Il veut longuement penser son tableau (à l’atelier, à partir des croquis faits sur le motif). Pour lui, sujet et tableau sont indissociables, les moyens plastiques, lignes, formes, couleurs, étant au service du sujet choisi : maternités, plages familiales, sujet religieux ou mythologique. Ces contraintes qu’il se donne n’excluent pas les hardies­ses, car la principale leçon qu’il retient de Cézanne – traduire la lumière par la couleur – rejoint celle de Gauguin. Classé comme peintre traditionaliste (et catholique), Denis a longtemps été laissé de côté, jusqu’à ce que les travaux de Jean-Paul Bouillon soient publiés et que des expositions (Lyon en 1994) éveillent les esprits. Et, en 2007, Maurice Denis a enfin une belle exposition au musée d’Orsay. Entre-temps, la famille travaillait contre l’oubli, entamant, sous l’impulsion de son fils Dominique puis de sa petite-fille Claire, le catalogue raisonné de l’œuvre.
“Tout le séduit en Bretagne”
Le projet du livre qui paraît aujourd’hui est né alors. Maurice Denis et la Bretagne embrasse en fait un sujet immense, car l’artiste est venu presque tous les étés en Bretagne : vacances familiales à Loctudy, au Pouldu, et surtout Perros-Guirec, où il achète une maison en 1908, grandes excursions exploratoires à travers la péninsule. Tout le séduit en Bretagne, paysages et lumières et aussi l’art (il écrira un article sur les peintu­res de Kernascleden) et partout, les cérémonies religieu­ses auxquelles le peintre participe en croyant. Centrer ainsi l’étude de l’artiste sur ses rapports à la Bretagne, c’est mettre entre parenthèses des pans entiers de son activité (décors, illustration, écrits), mais c’est aussi aborder au plus près la création spontanée, libérée des contraintes des commandes, sans doute plus révélatrice des recherches et des sujets qui lui tiennent à cœur. Les deux expositions que le livre accompagne présentent les deux Maurice Denis, le Nabi reconnu depuis long­temps et l’artiste encore trop méconnu. À Pont-Aven, Maurice Denis et la leçon de Pont-Aven, présente des œuvres de Bretagne et d’ailleurs, avec quelques pièces majeures et peu connues, comme cet étonnant triple portrait de Marthe en orangé et vert, intitulé Jeunes filles qu’on dirait des anges. En montrant aussi des œuvres postérieures, l’exposition souligne combien il est inexact d’arrêter l’approche à la période Nabi : il n’a cessé de scruter l’œuvre de Gauguin et jusqu’à la fin de sa vie, il y a de vraies résurgences. Des tableaux religieux, comme la Solitude du Christ, montrent combien la couleur reste un des moyens essentiels de l’expression.À La Roche-Jagu, les Étés de Silencio présentent des œuvres que la Bretagne et Perros-Guirec ont inspirées la vie durant. Sa maison Silencio est le lieu où le thème familial s’épanouit, mais aussi le thème religieux (avec ce Christ aux enfants, où le nimbe au centre du tableau se fond et se dilate dans la mer dorée). L’inépuisable série des plages, ébats des enfants, des baigneuses, mêlés aux nus atemporels d’un éden naturel. Les rochers fantoma­tiques de Ploumanac’h font naître les évocations mytho­logiques (Galatée sous le regard jaloux de Polyphème caché dans les rochers), le légendaire breton (Arthur et saint Efflam) et aussi le légendaire chrétien (en 1910, le Saint Georges aux rochers rouges est une réplique de la Vision du sermon dans les rochers roses).

**********

Le musée départemental Maurice Denis

Créé par le Conseil Général des Yvelines en 1976 à la faveur d’une importante donation consentie par la famille Denis, le musée est consacré au peintre et théoricien Maurice Denis, aux artistes symbolistes et nabis et à leur temps.
Autrefois demeure du peintre, le musée a été ouvert au public en 1980. Depuis cette date les collections se sont largement enrichies. Elles forment sur une période clé de l’histoire de l’art, à la charnière des XIXe et XXe siècles, un ensemble indispensable à la compréhension des origines de l’art moderne.

Fichier:Saint-Germain-en-Laye Prieuré.jpg

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire