samedi 10 décembre 2011

Lhasa de Sela.... La route ne fut pas très longue pourtant....











Lhasa de Sela, (Big Indian, État de New York, le 27 septembre 1972Montréal, le 1er janvier 2010), plus connue sous le nom de scène Lhasa, était une chanteuse américano-mexicaine ayant vécu au Québec (Canada).
Elle chantait d'une voix grave et profonde et dans trois langues : anglais, français et espagnol. Sa musique est inspirée par différents grands courants musicaux comme la musique mexicaine, gitane, folk américain, la chanson française, le soul et le rock.
Décrite comme une « âme bouillonnante, femme d'instinct et tête chercheuse », son disque La Llorona lancé en 1998 « a changé le visage de la chanson immigrante du Québec ».

http://lhasadesela.com/




*******


C'est avec stupéfaction et une immense tristesse que nous apprenons le décès, hélas confirmé, après plusieurs heures de flottements et démentis officiels sur le net, de la chanteuse américano-mexicaine Lhasa de Sela, plus connue sous son nom de scène Lhasa... On a même peine à y croire et pourtant, ce cancer du sein qui l'avait amenée à annuler ses concerts de l'automne l'a finalement emportée, ce 2 janvier 2010.

On avait découvert cette très jeune femme (elle avait alors 25 ans) en 1998, avec son premier album, La Llorona, entièrement chanté en espagnol et incluant un tube totalement inattendu, l'envoûtant El Desierto, qui lui vaudra d'être cataloguée un peu vite comme une artiste de world music. Ses racines multiples s'y prêtaient, son installation à Montréal (puis rapidement à Marseille) et son utilisation de sonorités klezmer également. La France allait vite l'adopter et assurer un très beau succès commercial à son album.

Lhasa

C'est donc en France qu'elle écrivit le deuxième, The Living Road, sorti en 2003 chez Tôt ou Tard, chanté à parts presque égales en anglais, en espagnol et en français. L'album se vendra moins bien mais marquera peut-être encore plus profondément ses auditeurs (parmi nos rédacteurs, ce ne sont pas Sarah ou Olivier qui pourront dire le contraire...).

Comme Lhasa est une artiste qui prenait son temps (ce qui n'excluait pas des collaborations avec Arthur H ou les Tindersticks, par exemple), se tenant ainsi à l'égard des modes, il fallut à nouveau attendre une demi-douzaine d'années, pour son troisième album, simplement intitulé Lhasa, cette fois chanté uniquement en anglais et co-écrit pour partie avec Patrick Watson. Album accueilli parfois un peu fraîchement (ici même) et méritant probablement une nouvelle chance. Et pas seulement parce que Lhasa nous a hélas quittés...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire