jeudi 1 décembre 2011

Quand le Street Art devient subversif.... Bansky



Depuis une quinzaine d'années, le sud-ouest de l'Angleterre a régulièrement vu ses murs se parer d'une curieuse signature. Ce qui n'était hier qu'une série de graffitis s'est tranformé en or. Oeuvres engagées sous forme de pochoirs, toiles, sculptures et installations, Banksy fait aujourd'hui parler de lui dans le monde entier.

Le fantôme de Bristol

"I'm Banksy", déclare Justin Timberlake pendant la cérémonie des Oscars, en février dernier. Il s'agissait d'une plaisanterie, par ailleurs tombée à plat, répondant à l'anonymat du néanmoins célèbre artiste de rue, qui était nominé pour l'Oscar du meilleur documentaire avec "Exit Through the Gift Shop".
Insaisissable. Quelques caméras de sécurité auraient réussi à capter une silhouette mais personne n'a jamais vu son visage. Il cache sa véritable identité. Par provocation pour certains, faire la Une des journaux ne serait pas compatible avec sa démarche artistique. Ou pour échapper aux autorités, ses actions flirtant souvent avec l'illégalité

Qui est Banksy ?

Qui est Banksy ?

L'hypothèse la plus répandue veut qu'il soit né en 1974, dans la région de Bristol, UK. De nombreuses théories, parfois farfelues et souvent contradictoires, tentent de décrire le personnage. En vain.
L'identité de l'artiste a même été mise en vente sur Ebay, sous forme d'une feuille de papier contenant la précieuse information. Un acheteur était prêt à débourser 1 000 000 de livres. Il s'agissait apparemment d'un canular, peut-être orchestré par l'artiste lui-même, et le site a retiré l'objet avant la conclusion de la vente. Le mystère reste donc entier.


Le terroriste de l'art

Surnommé "Art terrorist" ou encore "Artiviste", Banksy exploite des thèmes de société. Parfois avec humour, ou avec tendresse, toujours sans modération. Anticapitalistes, antimilitaristes, voir anti-systèmes, ses pochoirs, souvent accompagnés de slogans percutants, dénoncent les petits ou grands travers de notre société moderne.
Les rats ou les singes, proches, selon certains, de l'image qu'il se fait des hommes, constituent sa marque de fabrique. On en trouve au quatre coins de Londres, mais aussi de Barcelone, de Paris ou San Francisco. D'autres personnages, comme des policiers qui s'embrassent, des militaires fouillés au corps par une fillette, ou des enfants s'apprêtant à faire éclater un sac en papier derrière un tireur d'élite, sont fréquemment signés par l'artiste.


En 2004, il fait imprimer de faux billets de dix pounds à l'effigie de Lady Di. Il remplace aussi l'inscription "Bank of England" par "Banksy of England". Il disperse ces billets pendant le carnaval de Notting Hill.
En 2005, il "expose" des oeuvres factices et subversives dans quelques-uns de plus grands musées de New York, de Paris et de Londres. Entre autres, une imitation de la Joconde avec un visage de Smiley, un Lord nous adressant un doigt d'honneur, ou encore une pierre, exposée au département préhistoire, représentant un homme poussant un caddie de supermarché. Ces institutions mettront quelques jours pour s'apercevoir de la supercherie.

En 2005 également, Banksy s'attaque au mur séparant Israéliens et Palestiniens (West Bank). Il y représente des enfants qui jouent, ainsi que des paysages idylliques, comme cachés derrière le mur.
En 2006, il pirate un album de Paris Hilton. Musiques, pochette et photos sont modifiées. Puis les albums sont remis en magasin où ils sont vendus sous leur code barre initial. Paris Hilton a désormais une tête de chien, nous chante "Why am I Famous?" et nous dit que "90% du succès n'est que frimer". Quelques-uns de ces 500 albums se vendent aujourd'hui plus de 1000 livres pièce.
L'année dernière, c'est au générique des Simpson qu'il s'est attaqué. On y voit, entre autres, des enfants travaillant à la chaîne, dans une usine glauque, pour fabriquer les produits dérivés de la série.

De la rue aux galeries

Paradoxalement, l'artiste anticapitaliste est devenu une valeur sûre du marché de l'art. Aujourd'hui, Banksy est "bankable". Des Simpson, en passant par Brad Pitt et Angelina Jolie, ou encore Christina Aguilera, tout le monde se l'arrache. Certaines de ses oeuvres se seraient vendues à plus de 200 000 livres en galeries.
Site officiel de Banksy : www.banksy.co.uk/
Sources : http://www.banksy-art.com/



Read more at Suite101: Street Art, version Banksy | Suite101.fr http://estelle-fievet.suite101.fr/street-art-version-banksy-a32508#ixzz1fHFka6GB

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire