lundi 31 octobre 2011

Couleurs de Suède en automne







De l'Orientalisme dans des portraits de femmes

Karl Pavlovic Brullov (Russian Painter , 1799-1852) - A Turkish Girl
Jean-Léon Gérôme ( French ,1824 – 1904) – Femme de Constantinople
Jean-Léon Gérôme ( French ,1824 – 1904) – Circassian Girl
Frederick Arthur Bridgman (American , 1847-1928) - A Circassian
Frederick Arthur Bridgman (American , 1847-1928) – A Veiled beauty of Constantinople
Frederick Arthur Bridgman (American , 1847-1928) – Armenian Woman
Frederick Arthur Bridgman (American , 1847-1928) – An Oriental Beauty
Fausto Zonaro (İtalian 1854-1929) - Göksu Sefası
Leon Belly (French , 1827-1877) – Young Woman in Turkish Veste
jean Francois Portaels (Belgian, 1818-1895) – Woman of Tangiers

jean Francois Portaels (Belgian, 1818-1895) - Portrait of a North African Girl

Jean Francois Portaels (Belgian, 1818-1895) - An Oriental Beauty
Jean Francois Portaels (Belgian, 1818-1895) - Femme Orientale
Jean Francois Portaels (Belgian, 1818-1895) - Haouisha Moresque
Jean Francois Portaels (Belgian, 1818-1895) - White Lilac
Alfred Stevens (Belgian Painter, 1823-1906) – A Woman Seated in Oriental Dress
Jose Tapiro y Baro (Spanish, 1830-1913) – Mujer de Color
Friedrich von Amerling (Austrian , 1803-1887) – Oriental Woman
Jenjamin Jean Joseph Constant (French 1845-1902) - Portrait of An Arab Woman
Louis Emile Bertrand (French, 1866-1949) - La belle Algéroise
George C. Michelet (French, 1873) – Jeune Syrienne aux boucles d’oreilles
George C. Michelet (French, 1873) - Fellaha pensive
Gaston Casimir Saint-Pierre (French ,1833 – 1916) - Waiting at Appointment
Franz Xavier Kosler (Austrian ,1864-1906) – An Oriental Beauty
Franz Xavier Kosler (Austrian ,1864-1906) – Portrait of a young Egyptian girl
Franz Xavier Kosler (Austrian ,1864-1906) – L’Anneau d’or
Franz Xavier Kosler (Austrian ,1864-1906) – Femme fellah egyptienne
Gustave-Henri Aubain (French ,1862- 1908) – Rebecca
Alexander Mueller – Eastern Souvenir
Jan Frederik Pieter Portielje (Dutch 1829-1895) – L’Echarpe Rayée
Pierre Auguste Renoir (French, 1841-1919) – Algerian Woman,81
Pierre Auguste Renoir (French, 1841-1919) – Algerian Woman,83
Louis Ricardo Falero (Spanish, 1851-1896) – An Oriental Beauty
Louis Ricardo Falero (Spanish, 1851-1896) – Eastern Beauty
Emile Vernet-Lecomte (French, 1821-1900) – Berber Woman
Emile Vernet-Lecomte (French, 1821-1900) -Une beauté grecque
Emile Vernet-Lecomte (French, 1821-1900) – Beauté orientale
Emile Vernet-Lecomte (French, 1821-1900) – Aimée, une jeune égyptienne
Charles Gleyre (Swiss , 1806-1874) – Angelica
Charles Zacherie Landelle (French, 1812-1908) – Jewish Woman from Tangers
Lucien Levy-Dhurmer (French, 1865-1953) - Portrait d’une berbère marocaine
Giovanni Costa (Italian, 1833-1893) – Jeune femme turque à l’éventail
Charles Edward Marshall (British, 1872-1922) – A portrait of a woman in oriental dress holding a cigarette
Joseph Coomans (Belgian, 1816-1889) – The Oriental
Joseph Coomans (Belgian, 1816-1889) – Untitled


Paroles de Thomas Mann



D'être seul et de se taire, on voit les choses autrement qu'en société ; en même temps qu'elles gardent plus de flou elles frappent davantage l'esprit ; les pensées en deviennent plus graves, elles tendent à se déformer et toujours se teintent de mélancolie.
Ce que vous voyez, ce que vous percevez, ce dont en société vous vous seriez débarrassé en échangeant un regard, un rire, un jugement, vous occupe plus qu'il ne convient, et par le silence s'approfondit, prend de la signification, devient événement, aventure, émotion.
De la solitude naît l'originalité, la beauté en ce qu'elle a d'osé, et d'étrange, le poème.


Thomas Mann

Né dans la bourgeoise commerçante de Lübeck, Thomas Mann s'installa en 1893 à Munich, capitale intellectuelle de l'Allemagne. Il termina ses études, entra dans une compagnie d'assurances et écrivit ses premières nouvelles, publiées en 1898 sous le titre Le petit monsieur Friedemann. Trois ans plus tard paraissait son roman Les Buddenbrook, centré comme ses précédents récits sur les problèmes de l'artiste et le caractère merveilleux de son univers.
Ce thème réapparaîtra dans son œuvre, notamment dans une nouvelle sombre et magistrale : La mort à Venise.
Le déclenchement de la guerre l'incita à s'impliquer en politique ; il écrivit en 1918 un essai en faveur de l'Allemagne impérialiste, thèse dont il s'éloigna dès l'instauration du régime de Weimar. La montagne magique (1924), révéla son adhésion totale aux principes démocratiques.
Écrivain célèbre, récompensé du prix Nobel (1929), il combattit la montée du fascisme, dont l'intolérance et l'irrationalisme le révulsaient.
En 1930, il fit un discours à Berlin, exhortant le peuple à se lever contre le gouvernement fasciste, puis entreprit une tournée antinazie en Europe.
Lorsque Hitler arriva au pouvoir, Mann et sa femme, qui se trouvaient en Suisse, décidèrent de ne pas rentrer à Munich.
L'écrivain, radié de sa nationalité et de ses titres académiques en 1936, choisit de s'exiler définitivement aux États-Unis et devint citoyen américain en 1944. Il ne retourna en Europe qu'à la fin de sa vie, en Suisse, où il mourut en 1955.


La Mort à Venise
La fascination mortelle que peut exercer la beauté, tel est le sujet de La mort à Venise, ce chef-d'oeuvre d'inspiration très romantique où l'on retrouve l'essentiel de la pensée de Thomas Mann. Gustav Aschenbach, romancier célèbre et taciturne, voit sa vie bouleversée par la beauté divine et la grâce d'un adolescent. Sous le regard interrogateur du jeune Tadzio, la descente aux abîmes de ce veuf respectable, dans une Venise au charme maléfique rongée par le choléra, est un des récits les plus troublants de cet auteur. Le désordre passionnel qui s'empare de Gustav Aschenbach révèle une part des tourments intimes de l'immense écrivain que fut Thomas Mann dont l'autobiographie à peine voilée a inspiré toute l'oeuvre. La mort à Venise est suivi de Tristan, dont l'univers glacé de la montagne et la gaieté factice du sanatorium composent une sorte de prélude à La montagne magique, un de ses grands romans. Dans ce monde qui déjà échappe aux vivants s'affrontent l'artiste, voué aux rimes morbides et à la métaphysique, et le bourgeois, homme d'action à la santé et aux affaires florissantes. Une nouvelle brève mettant en scène un pauvre veuf alcoolique , Le chemin du cimetière, clôt ce recueil de façon poignante.



**************Le film


Mort à Venise (1971) via



Scénario : Luchino Visconti et Nicola Badalucco, d'après le roman de Thomas Mann

Avec : Dirk Bogarde (Gustav von Aschenbach), Silvana Mangano (la mère de Tadzio), Björn Andressen (Tadzio), Marisa Berenson (Frau von Aschenbach).

Le film a obtenu le prix du festival à Cannes en 1971.


Le scénario est tiré d'un court roman de Thomas Mann, La Mort à Venise, paru en 1913. Visconti avait envisagé à plusieurs reprises son adaptation, mais en repoussait le projet en estimant qu'il exigeait une certaine maturité. Le scénario a été écrit par Visconti lui-même, en collaboration avec Nicola Badalucco, et avec l'encouragement et l'aide de la famille de Thomas Mann. Il concentre le roman autour de la relation entre Aschenbach et Tadzio (en éliminant notamment les chapitres antérieurs à Venise), et modifie la profession du héros qui, d'écrivain dans le roman, devient musicien dans le film.
Juste avant la première guerre mondiale, un musicien allemand, Gustav von Aschenbach, se rend à Venise. En villégiature à l'hôtel des Bains, il y croise un jeune adolescent polonais, Tadzio, dont la beauté le fascine immédiatement. Leur relation demeure distante, uniquement réglée par le jeu des regards échangés. Mais la beauté de Tadzio trouble le musicien, qui voit peu à peu ses certitudes morales et esthétiques, et son existence toute entière, remises en question par le désir qu'il ressent. Il tente de fuir ce désir en quittant Venise, mais un événement fortuit lui sert de prétexte pour revenir à son hôtel. Il demeure à Venise, malgré l'épidémie de choléra qui y sévit. Il s'abandonne à la contemplation du jeune homme, tente de nier sa vieillesse et d'oublier la fièvre. Il meurt sur la plage presque désertée de l'hôtel, le regard tourné vers Tadzio.
Visconti rencontra Thomas Mann en 1951. L’écrivain allemand lui expliqua que "La Mort à Venise" était la fidèle transcription de souvenirs personnels : "Rien n’est inventé, lui dit-il, le voyageur dans le cimetière de Munich, le sombre bateau pour venir de l’Ile de Pola, le vieux dandy, le gondolier suspect, Tadzio et sa famille, le départ manqué à cause des bagages égarés, le choléra, l’employé du bureau de voyages qui avoua la vérité, le saltimbanque, méchant, que sais-je… Tout était vrai... L’histoire est essentiellement une histoire de mort, mort considérée comme une force de séduction et d’immortalité, une histoire sur le désir de la mort. Cependant le problème qui m’intéressait surtout était celui de l’ambiguïté de l’artiste, la tragédie de la maîtrise de son Art. La passion comme désordre et dégradation était le vrai sujet de ma fiction. Ce que je voulais raconter à l’origine n’avait rien d’homosexuel ; c’était l’histoire du dernier amour de Goethe à soixante dix ans, pour une jeune fille de Marienbad : Une histoire méchante, belle, grotesque, dérangeante qui est devenue "La Mort à Venise". A cela s’est ajoutée l’expérience de ce voyage lyrique et personnel qui m’a décidé à pousser les. choses à l’extrême en introduisant le thème de l’amour interdit. Le fait érotique est ici une aventure anti-bourgeoise, à la fois sensuelle et spirituelle. Stefan George a dit que dans "La Mort à Venise" tout ce qu’il y de plus haut est abaissé à devenir décadent et il a raison".











"Nous ne réalisons la chute du sable que lorsqu’elle touche à sa fin. Et jusqu’alors il paraît vain d’y réfléchir. C’est au dernier instant, lorsqu’il n’est plus temps que naît en nous l’envie de méditer".


Mort à Venise - bande annonce [1971]


video


Mort à Venise - scène finale [1971]

video

Visconti fit un casting extrêmement long dans de nombreuses villes d'Europe centrale et du nord à la recherche du Tadzio idéal. il faillit renoncer, jusqu'à ce qu'il trouve à Stockholm, Björn Andresen, la figure idéale de la beauté inaccessible.



video


Gustave Mahler- symphony no.5 (IV) - Adagietto.Dirigé par Herbert von Karajan

video


Quiconque a de ses yeux contemplé la beauté

est déjà livré à la mort,

n'est plus bon à servir sur terre,

et cependant il frémira devant la mort,

quiconque a de ses yeux contemplé la beauté.



A jamais durera pour lui le mal d'aimer,

car seul un insensé peut espérer sur terre

ressentir un tel amour et le satisfaire.

Celui que transperça la flèche de beauté,

à jamais durera pour lui le mal d'aimer!



Hélas, que ne peut-il tarir comme une source,

humer dans chaque souffle aérien un poison,

respirer la mort dans chaque pétale de fleur!

Quiconque a de ses yeux contemplé la beauté,

hélas, que ne peut-il tarir comme une source!


August von Platen (1796 - 1835).

(«von Platen fut historiquement le premier grand poète homosexuel au sens moderne, dont on ne saurait édulcorer la personne et l'oeuvre», note Dominique Le Buhan et Eryck de Rubercy dans leur introduction aux Sonnets d'Amour et Sonnet Vénitiens paru chez Orphée/La Différence).