jeudi 10 novembre 2011

Rolf Dieter Meyer-Wiegand, portraits de femmes...

 Rolf Dieter Meyer-Wiegand (1929-2006), artiste peintre allemand.

 Meyer-Wiegand venait d'une famille artistique: son père était un chef d'orchestre et pianiste, sa mère chanteuse de concert. Très tôt, il commence à peindre dans la tradition de la Malerschule Düsseldorf. Plus tard, inspiré par les impressionnistes français, il peint principalement des portraits.

En outre son travail montre des situations contrastées: rivières, paysages, ports, des scènes de parc, les festivals et les paysages urbains dynamiques.
Meyer-Wiegand peint beaucoup à Cologne et Düsseldorf. Il a vécu en Hollande, en Belgique, en France.













Planète Terre

Selon la Banque mondiale, les peuples indigènes sont les meilleurs gardiens de l’environnement

10 Novembre

Les Soliga d'Inde ont récemment obtenu des droits sans précédent sur une réserve de tigres.
Les Soliga d'Inde ont récemment obtenu des droits sans précédent sur une réserve de tigres.
© Kalyan Varma/Survival
Selon une nouvelle étude de la Banque mondiale, les peuples indigènes jouent un rôle décisif dans la préservation des forêts du monde, tandis que les zones de conservation qui les excluent se dégradent.
Cette analyse montre que le taux de déforestation descend au niveau le plus bas dans les zones protégées où les peuples indigènes peuvent continuer de vivre.

Forest BeekeepersNew ‘conservation’ measures threaten Kenya’s Ogiek tribe with eviction from their forest home.
Dans le monde entier, des millions d’autochtones sont devenus des réfugiés de la conservation, mais la Banque mondiale observe que cette fatalité implique que ‘la préservation des forêts s’accomplit aux dépens des moyens de subsistance locaux’.
Utilisant les données satellite des incendies de forêts comme des indicateurs du niveau de déforestation, la Banque mondiale a constaté qu’entre 2000 et 2008, ce taux se réduisait d’environ 16% sur les terres indigènes.

80% des zones protégées dans le monde sont les territoires de communautés indigènes qui y vivent depuis des millénaires. Ce n’est pas une coïncidence : les experts reconnaissent de plus en plus la corrélation entre la présence des peuples indigènes et la préservation des forêts.
Le scientifique Daniel Nepstad estime que les territoires indigènes sont ‘le rempart le plus important contre la déforestation de l’Amazonie’.
Cependant, bien que la Banque mondiale reconnaisse aujourd’hui le rôle crucial des peuples indigènes dans la protection de l’environnement, elle a financé par le passé de nombreux projets controversés menaçant directement leur existence.
Le plus connu d’entre eux est le programme Grand Carajás qui a démarré dans les années 1970 après la découverte d’importants gisements de fer au Brésil. Ce projet de développement a eu des conséquences catastrophiques sur les Indiens awá.

Les Awá du Brésil ont été anéantis par le projet de développement Carajás financé par la Banque mondiale.
Les Awá du Brésil ont été anéantis par le projet de développement Carajás financé par la Banque mondiale.
© Fiona Watson/Survival
Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Les experts se rendent enfin compte que la préservation des forêts de la planète passe par le respect du droit des peuples indigènes à rester sur leurs terres. Il est navrant de constater que toutes les organisations de préservation de l’environnement n’aient pas encore compris cela. Mises à part les violations des droits de l’homme qu’implique l’expulsion des peuples indigènes, de telles politiques sont totalement contre-productives’.

Couleurs d'automne par Christoph Fischer


1 (250x202, 28Kb)Si je devais déterminer le vrai bonheur, ce serait quelque chose que je ressens quand lorsque j'escalade les monts et des étendues de montagnes, de forêts et de vallées qui se déroulent en face de moi quand je sors tôt le matin et faire ma première respiration profonde, quand le soleil du matin perce les nuages et embellit la terre avec de belles couleurs, quand la brise de l'océan salé caresse pour la première fois mon visage.
La Nature me remplit d'admiration, d'enthousiasme et secoue ma paix intérieure profonde. Et à chaque fois je ressens un profond besoin de capturer sur la pellicule ce que je vois et de faire de ce bref moment de beauté et de tranquillité une image spéciale afin de le pas se perdre dans un flux continu du temps.


Photos par Christoph Fischer, Kingston, Canada
 
 
 
 
 











































La Tabula Roguliana et autre patrimoine européen....

Datei:TabulaRogeriana.jpg

File:TabulaRogeriana upside-down.jpg



Le Nuzhat al-Mushtaq fi'khtiraq Al-Afaq  «Le livre des voyages agréables en terres lointaines», le plus souvent connu sous le nom de Tabula Rogeriana (lit. "Le Livre de Roger» en latin ), est une description du monde et une carte du monde créée par le géographe arabe , Muhammad al-Idrisi , en 1154 .

Al-Idrisi a travaillé sur les commentaires et les illustrations de la carte pendant quinze ans à la cour du roi Roger II de Sicile , qui a commandé le travail autour de 1138.

Le livre, écrit en arabe , est divisé en sept zones climatiques (conformément à la pratique établie selon le système ptolémaïque), dont chacune est sous-divisée en dix sections, et contient des cartes montrant le continent de l' Eurasie dans son intégralité, mais avec seulement la partie nord de l' Afrique.
Elle est restée la carte du monde les plus précis pour les trois prochains siècles.
Mis à part la beauté de l'ouvrage, on note que la représentation du monde connu est orienté avec le Nord vers le bas.

Le texte reprend une description exhaustive des conditions physiques, culturelles, politiques et socio-économiques de chaque région et chacune des sections a une carte correspondante.

Pour produire son travail d'al-Idrisi a interrogé les voyageurs expérimentés individuellement et en groupes sur leur connaissance du monde et compilé "et n'a intégré que la partie ... sur lequeelle il y avait un accord complet et semblait crédible, en excluant tout ce qui était contradictoire."

Roger II avait sa carte gravée sur un disque d'argent pesant environ 300 livres.

Elle montrait, selon les termes d'al-Idrisi, «les sept régions climatiques, avec leurs pays respectifs et les districts, les côtes et les terres, les golfes et les mers, les cours d'eau et la rivière des bouches ».

Sur l'œuvre d'al-Idrisi, SP Scott commente:
"La compilation d'Edrisi marque une époque dans l' histoire de la science . Non seulement ses informations historiques sont des plus intéressantes et utiles, mais ses descriptions de nombreuses parties de la terre font encore autorité. Pendant trois siècles les géographes copié ses cartes, sans altération. La position des lacs qui forment le Nil , délimitée dans son travail, ne diffère pas grandement de celle établie par Baker et Stanley, plus de sept cents ans plus tard, et leur nombre est le même. Le génie mécanique de l'auteur n'avait rien à envier à son érudition. La planisphère d'argent qu'il a construit pour son patron royal était près de six pieds de diamètre, et pesait £ 450; sur l'un des côtés ont été gravés le zodiaque et les constellations, sur le reste,  pour plus de commodité, la division en segments des terres et d'eau, avec les situations respectives des différents pays"
Dix copies manuscrites du Livre de Roger survivent actuellement, dont cinq ont le texte complet et huit qui ont des cartes.
Deux sont dans la Bibliothèque nationale de France , dont le plus ancien, daté d'environ 1325. (MS Arabe 2221). Une autre copie, faite au Caire en 1553, est dans la Bodleian Library à Oxford (Mss. Pococke 375). Il a été acquis en 1692.  Le manuscrit le plus complet, qui comprend la carte du monde et de toutes les cartes seventy transversale, est conservé à Istanbul.

The World Maps of al-Idrisi
Online exhibition, Bibliothèque nationale de France
View Online at the BNF (653 pages).

**************

L'UE appelle à la numérisation du patrimoine culturel
 
Vieux livre: Bibliothèque numérique européenne sécurise le patrimoine culturel (photo: europeana.eu)
Vieux livre: Bibliothèque numérique européenne sécurise le patrimoine culturel (photo: europeana.eu)

/02.11.2011/11: 00) - La Commission européenne http://ec.europa.eu a exhorté les 27 États membres pour s'efforcer d'intensifier les efforts afin d'accélérer la numérisation des œuvres culturelles importantes dans leur propre pays . Ce n'est que par le transfert rapide et complet aux formats numériques, qu'il sera possibl de conserver les stocks précieux de films, livres et disques vinyles qui sommeillent dans les bibliothèques de nombreux pays européens selon Bruxelles.
L'UE veut mettre  entre 2011-2013 € 3,7 millions dans la promotion de projets de numérisation.
«L'Europe est probablement le plus grand patrimoine culturel du monde», selon Neelie Kroes, Commissaire européen chargé de la stratégie numérique, telle que citée par le Wall Street Journal. "Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser de côté les opportunités prometteuses qui s'offrent à nous par la numérisation», a déclaré Neelie Kroes plus loin.


Si les films, les livres ou les dossiers sont transférés une seule fois dans un format numérique pour les documents pertinents de la bibliothèque numérique européenne Europeana http://www.europeana.eu ils seront mis à la disposition du public. A ce stade,  déjà 19 millions de documents ont été numérisés. «En l'an 2015  le volume devrait atteindre 30 millions d'unités», annonce Mme Kroes.
«Le problème d'Europeana est actuellement encore dû au fait que l'état de la numérisation dans les différents États membres est très différent», explique Friedrich Geißelmann , ancien directeur de la bibliothèque de l'Université de Ratisbonne http://www.bibliothek.uni-regensburg.de

Selon les calculs actuels, l'Union européenne au ra besoin pour numériser l'ensemble des collections des musées européens, les archives et les bibliothèques de 100 M €.